Twitter

Spinoza

Ni rire, ni maudire, ni pleurer, comprendre
(Spinoza)

A- A A+

Les femmes indiennes, à leur tour, ont moins d’enfants !

Les femmes indiennes, à leur tour, ont moins d’enfants !C’est régulier et apparemment inéluctable : les femmes indiennes, à leur tour, ont moins d’enfants, ce qui signifie que le boom démographique de ce pays touche à sa fin ! Le taux de fécondité des femmes (TFF) y a évolué de la façon suivante : c’était 6 en 1960, 5 en 1977, 4 en 1990, 3 en 2004 ; ce sera 2 en 2025 selon la Banque Mondiale, et les démographes indiens indiquent que, dès à présent, le TFF dans les grandes villes indiennes est de ... 1,6 !

Une autre information a recueilli l’attention des démographes indiens : la population féminine du pays est désormais plus importante que la population masculine.  Cela s’explique d’abord par le fait que l’espérance de vie des femmes (71 ans) y est plus élevée que celle des hommes (68 ans), mais aussi peut être par un autre élément : il y a peu, pour 1000 naissances vivantes de garçons, il n’y avait dans ce pays que 914 naissances de filles. Ces deux chiffres sont-ils en train de se rapprocher ? Si c’est le cas, c’est une bonne nouvelle.

 

Quoi qu’il en soit, l’Inde rejoindra donc bientôt la liste de la petite centaine de pays dont le TFF est d’ores et déjà inférieur à 2,1, chiffre en deçà duquel la population, hors immigration,  est destinée à diminuer. Une vingtaine d’entre eux  ont même un TFF inférieur à 1,5. Il s’agit essentiellement de pays méditerranéens (Espagne, Portugal, Grèce, Italie, Chypre, Malte), de pays d’Europe centrale et orientale (Biélorussie, Bosnie Herzégovine, Moldavie, Pologne) ainsi que de pays asiatiques (Japon, Corée du Sud, Singapour).

 

A l’inverse, une petite soixantaine de pays ont encore un TFF supérieur à 3 ; il s’agit essentiellement des pays d’Afrique Subsaharienne, à l’exception de l’Afrique du Sud, du Cap Vert, des Seychelles, de Maurice et de l’ex Swaziland, aujourd’hui Eswatini. On trouve également dans cette liste l’Egypte, l’Iraq, le Pakistan, l’Afghanistan, le Kirghizstan, le Tadjikistan, la Palestine et quelques îles du Pacifique.

 

Cette évolution suggère que, bien avant 2050, l’Afrique Subsaharienne fournira, à elle toute seule, plus de la moitié de la croissance de la population mondiale. Le tableau suivant rassemble les chiffres (source : Banque Mondiale) qui permettent de faire ce pronostic.

 

 Croissance annuelle de la population en millions et en %

 

 

1960

1980

2000

2020

 

 

 

 

 

Monde

40

76

80

79

         dont

 

 

 

 

Inde

10(25%)

16(21%)

19(24%)

14(18%)

Chine

-7(-17,5%)

12(16%)

10(12,5%)

  3(4%)

Afrique Subs.

5 (12,5%)

11(14%)

17 (21%)

29(37%)

Reste du monde

32(80%)

37(49%)

34(42,5%)

33(42%)

 

L’évolution du TFF suggère également que la population mondiale s’orientera, dans la deuxième moitié de ce siècle, vers une stabilisation autour de 11 milliards d’habitants ; j’avais pronostiqué, dans des écrits antérieurs, que cette stabilisation interviendrait dès 2050. La permanence de TFF élevés en Afrique Subsaharienne est venue déjouer ce pronostic, mais ce n’est que partie remise !

 

 

Pierre le Roy, GLOBECO, janvier 2022